Ouvrages bilingues chinois-français

Ces éditions bilingues sont destinées à des apprenants du chinois de niveau intermédiaire ou avancé, souhaitant se familiariser avec des textes littéraires, mais sont de difficulté variables.

 

Textes chinois et français en regard sur chaque double page avec notices introductives et abondance de notes. Certains ouvrages comportent en sus la transcription complète du texte en pinyin (voir la description de chaque titre).

 

LA MAISON DE THÉ

 

Cette édition bilingue de la célèbre pièce dramatique du grand auteur populaire Lao She comporte également la transcription complète en pinyin du texte d’origine (caractères simplifiés) et un appareil de près de 380 notes lexicales, historiques et culturelles.

Pour l’apprenant du chinois, l’intérêt d’étudier la version bilingue d’une pièce de théâtre, par rapport aux autres formes de littérature, est bien sûr que la quasi-intégralité du texte est constituée de dialogues, donc d’une langue vivante et quotidienne, ici souvent enrichie d’expressions et de termes du dialecte pékinois.

 

 

Format 140 x 216, 208 pages.

 

 

En vente sur : 

notre boutique 

en librairie

sur Amazon

 

 

LA VÉRIDIQUE HISTOIRE D'AH Q

 

 

Outre les versions chinoise et française, cet ouvrage comporte la transcription pinyin du texte entier et près de 250 notes lexicales, historiques & culturelles.

 

 

Format 127 x 203, 170 pages

 

En vente sur : 

notre boutique 

en librairie

sur Amazon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RÉVEILLER LES MORTS & EN FORGEANT LES ÉPÉES

 

Ces deux nouvelles sont extraites du troisième recueil de nouvelles de Lu Xun, Histoires anciennes, revisitées.

 

Réveiller les morts est un peu plus facile (dialogues) et moitié plus court qu'En forgeant les épées.

 

Réveiller les morts

 

Nouvelle sous forme d'une courte pièce de théâtre satirique. Elle met en scène Tchouang Tseu (Zhuangzi) dans une situation quelque peu gênante...

 

Format livre de poche (178 x 111), 44 pages.

 

En vente sur : 

notre boutique 

en librairie

sur Amazon

En forgeant les épées

 

La seule nouvelle de Lu Xun relevant du genre populaire du wuxia (romans de chevalerie). Brodant sur le thème classique de la vengeance, Lu Xun s'attaque au despostisme et à la flagornerie des élites.

 Format poche, 86 p.

En vente sur:

notre boutique

en librairie

sur Amazon


En partenariat avec nos amis des Éditions You Feng, nous proposons également sur le site des Éditions du non-agir quelques ouvrages parus chez cet autre spécialiste des cultures asiatiques. Il s'agit ici d'ouvrages "trilingues" (chinois, transcription pinyin, traduction française et notes lexicales, historiques et culturelles), pour les lecteurs et/ou étudiants de chinois un peu moins avancés... mais ces titres ont un intérêt même pour ceux qui ne lisent pas le chinois !

Pour les commander, veuillez nous adresser un message par la page contact de ce site.

La légende de Koxinga

 

Koxinga : pirate ou patriote ? profiteur ou héros ? Chinois ou Japonais ? La légende de Koxinga (le nom, en fait un titre, sous lequel il est le mieux connu en Occident) n’a jamais été plus l’objet de polémiques, en trois siècles et demi écoulés depuis sa mort, que dans les cinquante dernières années. Né au Japon d’une mère fille de samouraï et d’un père chinois chef pirate et grand contrebandier devant l’Eternel (car baptisé catholique !), Koxinga a vécu en Chine et est mort à Taïwan, roi en exil et révolté loyaliste, pourchassé et conquérant tout à la fois : fidèle aux héritiers pitoyables de la dynastie Ming, mais rebelle envers les nouveaux empereurs Qing auxquels toute la Chine (sauf quelques villes et villages d’irréductibles…) s’était soumise ; échouant dans son objectif de recon-quête de l’Empire du Milieu, mais reprenant pour lui-même l’île de Formose, aujourd’hui Taïwan, aux colonisateurs hollandais ; honni par les Qing pendant des décennies avant d’être réhabilité – récupéré, pourrait-on dire – plus d’un siècle après sa mort par l’un des empereurs de cette dynastie d’origine barbare ; enfin, honoré à titre posthume en Chine continentale, sur Taïwan et au Japon, mais pour des raisons différentes sinon opposées, et à ce titre objet de débats politiques à n’en plus finir… Quel que soit l’angle sous lequel on le considère, Koxinga est l’un des personnages les plus fascinants de l’Histoire chinoise.

 

Format broché 150 x 220, 114 pages dont 81 dessins, nombreuses cartes, commentaires et notes.

Les Martyrs des Monts No-Waang

 

Traduction d'une bande dessinée sous format traditionnel "连环画 lianhuanhua" ou "images enchaînées". Des années 1950 aux années 1980, certains des plus grands peintres et artistes chinois se virent assigner des travaux de propagande à la gloire de l'Armée populaire de Libération (on se souvient du mythe du soldat Lei Feng), des ouvriers et paysans, ou des réalisations du régime. Les plus chanceux d'entre eux purent toutefois, dans ce cadre, exercer leur art en dessinant en jet continu des lianhuanhua, ces petits comics à une image par page qui préservaient une tradition déjà bien établie et étaient tirés à des millions d'exemplaires pour la plus grande joie des lecteurs de tous âges et, aujourd'hui, des collectionneurs ayant pensé à conserver les leurs en bon état...

 

Les Martyrs des Monts No-Waang est un récit d'aventure de facture classique, tiré de l'un de ces romans chinois "révolutionnaires" typiques, paru à la fin des années 1970. Un autre point d'intérêt majeur de cet ouvrage est l'abondance des détails sur la vie des paysans riches et pauvres de Chine du Sud, sur les habitations, les vêtements, le mobilier, les ustensiles de tous les jours, vestiges d'un monde aujourd'hui presque disparu que l'illustrateur a décrit ici avec un amour visible pour son sujet et un art qui témoigne de sa maîtrise de la peinture traditionnelle chinoise autant que des techniques occidentales.

 

Format broché A5, 166 pages de dessins noir et blanc, précédés d'une introduction.

Petit lexique français / chinois des onomatopées, interjections & autres bruits. Avec près de 600 exemples tirés de la littérature chinoise contemporaine.

 

Paru en 2010. Aucun autre ouvrage équivalent n'existe, ni en anglais, ni en chinois. Sur un mode ludique, une étude pointue d'une caractéristique importante de la langue chinoise, l'utilisation des onomatopées dans la langue écrite, beaucoup plus courante que dans les langues occidentales.

 

Quatrième de couverture :

Cet ouvrage mince mais bruyant s’adresse — fort modestement — à tous les francophones qui s’intéressent de près ou de loin à la langue chinoise :
Aux débutants, écrasés sous le fardeau de la mémorisation des caractères et qui y trouveront un peu de la fantaisie trop absente du morne univers des polycopiés de fac et des méthodes d’apprentissage grisâtres ;
Aux étudiants plus chevronnés et aux sinophiles curieux, qui souhaiteront enrichir leur vocabulaire dans un domaine pour lequel les dictionnaires classiques ne seront d’aucune aide ;
À ceux qui, confirmés ou passionnés, réaliseront en lisant cette présentation qu’ils souffraient (et l’ignoraient) d’une grave lacune... Car ce champ lexical est tout à fait essentiel à leur expression correcte en chinois, et ils apprécieront aussi d’y trouver moult caractères rares et expressions choisies ;
Et puis à tous ceux, poètes, linguistes, esthètes ou maniaques, qui veulent savoir comment, dans toutes les langues du monde, chantent les mésanges ou ronflent les ivrognes…
Enfin, il s’adresse aussi aux étudiants chinois ou sinophones qui cherchaient vainement jusqu’à aujourd’hui à comprendre les multiples bruits, cris et expectorations qui fleurissent en français dans la bande dessinée et quelques autres arts mineurs...

 

Format 175x100 mm, 160 pages, dont 11 d'introduction.

 

Partagez !

 

Signalez les éditions du non-agir sur les réseaux sociaux.

 

Téléchargez notre nouveau catalogue !